Entreprises Suisses à découvrir

Les sites web en 2021

J’écrivais un tout autre billet lorsque j’ai été mis sur la touche par une pensée… Y a-t-il eu une autre époque depuis que le web existe en tant que média où le site web d’une entreprise a été plus critique pour sa survie ? Je parierais que non. Avons-nous jamais été aussi dépendants de tout ce qui est numérique pour traverser nos journées ? Je ne pense pas. Sans hésiter, je dis que si cette pandémie s’était produite il y a 30 ans, nous serions dans une situation bien pire qu’aujourd’hui. Alors qu’une grande partie de notre économie est aujourd’hui considérablement ralentie, nous devrions également penser à toutes les entreprises qui sont encore ouvertes et fonctionnent normalement grâce aux progrès du numérique, ou à d’autres entreprises qui se débrouillent au moins parce que l’internet a rendu leurs produits plus faciles à distribuer.

Dieu merci, tout cela est arrivé maintenant !

Comme beaucoup, j’ai eu beaucoup de temps libre ces derniers temps pour réfléchir à notre industrie et à la façon dont les choses ont changé et vont changer depuis que tout cela a commencé. Et, dans certains cas, je pense que pour beaucoup d’entreprises, elles ont perdu du temps à se concentrer sur tant de choses qui n’ont pas d’importance. Et maintenant, je n’arrive pas à croire que ces décisions les aient laissées au bon endroit.
Je vais commencer par exprimer mes griefs (c’est une référence subtile que nous avons malheureusement perdu cette semaine) à l’égard des entreprises qui ont investi dans tant de choses stupides au cours des dix dernières années. À bien des égards, ma mentalité ne s’est jamais vraiment adaptée après la crise financière de 2008. Je n’ai jamais réussi à me défaire de l’idée que l’économie était dans une situation tendue. Si vous me demandiez mon avis ces dernières années, je parlerais probablement de l’économie en disant qu’elle est “dans une situation difficile”. Cela m’a conduit à adopter une approche plus conservatrice de mon entreprise et à me concentrer sur des choses plus importantes plutôt que de surinvestir dans les cloches et les sifflets qui préoccupent tant de gens.
Je vais commencer par les bureaux ! J’ai écrit il y a de nombreuses années au sujet d’une expérience où nous avons été invités dans une société cotée en bourse à Lausanne pour présenter nos services. Le bureau était situé près du bureau de la commune… J’estime qu’ils devaient avoir au moins 10 000 pieds carrés, voire le double. Leur espace de bureau à lui seul leur coûtait probablement près d’un million de CHF par an. Pour mettre les choses en perspective, c’était un bâtiment de “classe A”, et ils avaient un escalier dans l’unité d’un étage à l’autre. C’était facilement quelque chose qui coûterait 70 CHF par pied – au moins !
Le bureau était équipé de meubles de la meilleure qualité. Des chaises, de grandes télévisions et des projecteurs.

Du verre partout.

Ils n’ont pas épargné leurs dépenses. Il n’y avait pas de fonderie centrale.
Tout était en haut de gamme jusqu’à ce qu’on parle de leur site internet. Bien que je raconte l’histoire dans ce post de façon plus vivante, rassurez-vous, cette entreprise mondiale voulait faire tourner son nouveau site web en le faisant concevoir par des agences gratuitement (travail de spécification !) et avec un budget de 25 000 CHF.
Pour mettre les choses en perspective, cela signifie qu’ils ont évalué leur site web à moins de 357 pieds carrés d’espace de bureau. Il s’agit à peine d’une salle de conférence.
Je me demande comment ils s’en sortent aujourd’hui – j’ai cherché pendant une heure dans de vieux courriels et dans des calendriers de rendez-vous pour essayer de voir qui ils étaient, et je n’ai pas réussi à le trouver. J’oublie – un effet secondaire d’avoir fait cela pendant trop longtemps. Maintenant, c’est juste une histoire amusante à raconter. Mais je crains que pour eux, ils paient pour ces choix maintenant.

Je constate le même gaspillage avec tant d’autres agences numériques.

Certaines de mes agences concurrentes ont investi dans des bureaux à Lausanne, à Genève et dans d’autres régions du pays où les prix sont élevés. Elles doivent facturer des tarifs de 200 à 250 CHF par heure et plus, juste pour atteindre le seuil de rentabilité. À quoi bon tout cela maintenant ?
J’ai toujours adopté la mentalité du “moins c’est plus” en ce qui concerne les bureaux. J’ai moi-même failli en être victime : au début de cette année, nous négociions l’achat d’un immeuble de bureaux… Je suppose que je peux mettre ce projet en attente ! En fait, je me demande même si nous avons besoin d’un bureau, si ce n’est pour rencontrer occasionnellement des clients ou pour avoir un endroit où s’échapper de la maison. Je doute qu’un client détermine un jour si nous valons la peine de travailler avec lui en fonction de notre espace de bureau. Rétrospectivement, lorsque nous avons réduit nos effectifs en 2018 et acheté notre bureau actuel, cela a peut-être été la meilleure chose que nous ayons faite. Il était plus petit, abordable, un coût fixe qui n’augmentera pas parce que nous le possédons. Je suis assez satisfait de ce choix pour un déménageur!

Voici une autre histoire que j’aime raconter.

Nous avions un client ici à Fribourg – quand nous sommes allés à son bureau, il y avait une variété de Land Rovers et de BMW garées dehors. Maintenant, il n’y a rien de mal à cela – j’ai une Tesla et je l’adore. Je ne suis jamais du genre à dire qu’il ne faut pas participer à une expérience que l’on veut vraiment… ! C’est un des avantages de la vie, non ? Mais cela devrait donner le ton de ce qui va se passer. À l’intérieur du bureau, il y avait une cascade, des guerriers géants en terre cuite et des salles de bain toutes neuves (avec des périodiques douteux à l’intérieur…) dotées des équipements les plus chers. Ces gens fabriquent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code